Tout savoir sur le référent handicap

.

En préambule

En préambule, rassurons tous les organismes de formation qui pensent devoir désigner un référent handicap pour pouvoir obtenir la certification Qualiopi : non, si vous êtes OF, vous n’avez pas cette obligation !

Evidemment, cela ne vous dispense pas de répondre aux exigences du référentiel concernant l’accueil des personnes en situation de handicap…

On vous dit tout sur le référent handicap en formation ici.

Pas de confusion !

Prenons le temps de décortiquer ensemble le Référentiel National Qualité.

Petit rappel de base, le RNQ détaille les indicateurs qui vont devoir être validés pour chaque action, c’est-à-dire :

  • 6313-1-1 : les actions de formations
  • 6313-1-2 : les bilans de compétences
  • 6313-1-3 : les actions de validation des acquis de l’expérience (VAE)
  • 6313-1-4 : les actions d’apprentissage

Maintenant, voici ce que dit l’indicateur 20 qui est spécifique aux CFA (6313-1-4) :

«  Le prestataire dispose d’un personnel dédié à l’appui à la mobilité nationale et internationale, d’un référent handicap et d’un conseil de perfectionnement. »

Et maintenant, voici ce que dit l’indicateur 26 :

« Le prestataire mobilise les expertises, outils et réseaux nécessaires pour accueillir, accompagner/former ou orienter les publics en situation de handicap ».

Conclusion : si les CFA ont bien l’obligation de nommer un référent handicap conformément à l’indicateur 20, ce n’est pas le cas des prestataires qui  proposent des actions de formation, de bilan de compétence ou de VAE. En revanche ces derniers devront bien répondre aux exigences de l’indicateur 26.

Alors, quelles sont les obligations pour les organismes de formation ?

Les prestataires de formation proposant des actions hors apprentissage, ont l’obligation d’informer et d’accompagner les personnes en situation de handicap. Pour cela, il devront donc avoir identifié, en amont et précisément, les différentes structures d’appui qui pourront être mobilisées le cas échéant : leurs noms, leurs missions, leurs coordonnées et dans la mesure du possible, le nom d’un interlocuteur.

Si vous n’avez pas à désigner de référent handicap, la désignation d’une personne ressource semble néanmoins pertinente. Cette personne peut être le ou la gérant(e) de l’organisme ou toute personne dans l’équipe à même d’endosser ce rôle.

Notez que le rôle du référent handicap va beaucoup plus loin, on vous donne  le détail de ses missions juste après. Alors, à moins que vous ne décidiez d’assumer réellement les missions du référent handicap, on vous conseille de ne pas nommer ainsi la personne ressource désignée afin d’éviter de contribuer à la confusion générale (mais ce n’est que notre avis).

Il vous faudra, dans tous les cas, connaitre l’existence des partenaires possibles et être en capacité de les mobiliser s’il le fallait ainsi que de renseigner/orienter comme il se doit les personnes en situation de handicap qui souhaiteraient s’inscrire en formation.

Parmi les structures que vous pourrez solliciter en cas de besoin, on retrouvera bien sûr les deux exemples cités dans le guide de lecture (l’Agefiph et le Fiphfp) mais aussi tout autre partenaire que vous aurez identifié sur votre territoire et qui pourrait être contacté en fonction des besoins : Cap Emploi, Missions Locales, associations, écoles spécialisées ou encore prestataires spécialistes de certains handicaps, etc.

Attention, il ne s’agit pas de tisser réellement un réseau (donc pas besoin d’appeler toutes ces structures pour « mettre en place un partenariat »), mais simplement de l’identifier pour être prêt en cas de besoin !

Evidemment, rien ne vous empêche par ailleurs de vous former, notamment sur la connaissance et la mobilisation des acteurs du handicap, la compréhension et l’appréhension des différents types de handicaps, l’adaptation pédagogique et les compensations nécessaires, etc.

Vous pourrez également consulter les nombreuses ressources sur le sujet ; en voici d’ailleurs quelques-unes que nous avons sélectionnées pour vous :

Alors finalement, un référent handicap en formation, qu’est-ce que c’est ?

Comme promis, faisons d’abord un point rapide sur le rôle du référent handicap en CFA sur lequel on trouve de nombreuses informations. Ses missions sont variées et complexes et font de lui le véritable maître d’œuvre de la politique handicap au sein du centre de formation.

Il est obligatoire en CFA et pourrait se révéler pertinent dans un organisme de formation selon le contexte.

Ses missions sont l’accueil, l’orientation, l’accompagnement des apprenants en situation de handicap : en amont, tout au long du parcours et jusqu’à l’insertion professionnelle. Il est leur interlocuteur privilégié et travaille en réseau avec les différents acteurs qui les entourent (formateurs, éducateurs, structures médico-sociales, structures accompagnantes, employeurs…).

Le référent handicap a également pour mission d’accompagner les équipes pédagogiques dans la prise en compte du handicap et développe des solutions permettant de toujours améliorer le suivi et les compensations proposées. Enfin, il sensibilise les acteurs de l’emploi pour faciliter l’intégration future des apprenants.

Pour aller plus loin, une fiche métier du référent handicap des CFA est disponible.

Par ailleurs, un « référentiel d’accessibilité universel » a été élaboré afin de guider les CFA dans cette démarche d’amélioration continue de l’inclusion des apprenants handicapés.

Voici aussi quelques ressources complémentaires qu’on a repérées pour vous :

  • la page « Développer l’apprentissage des personnes handicapées » publiée par le ministère du travail, de l’emploi et de l’insertion »
  • 14 capsules vidéos qui vous permettront de découvrir en détail la mission du Référent handicap, réalisées par le PRITH (Plan Régional d’Insertion des Travailleurs Handicapés en Ile-de-France)

Le mot de la fin

Vous en savez plus maintenant sur le rôle de ce fameux référent handicap évoqué dans le référentiel et dans le guide de lecture Qualiopi.

Dans tout les cas, si vous préparez votre premier audit, attention aux interprétations et aux conclusions hâtives… Si vous êtes perdu reprenez toujours le RNQ et le guide de lecture qu’il faut parfois simplement relire pour distinguer ce qui est attendu de ce qui ne l’est pas !

Ou alors appelez-nous et on vous dira comment on peut vous aider, par exemple en vous proposant une formation pour maîtriser les fondamentaux de la démarche Qualiopi !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.